Déjà 5 vies, et vous, mes amours…

Dernièrement, j’ai le sentiment d’atterrir de mon nuage,
De prendre la mesure de tout ce qui est venu chambouler ma vie et mon cœur ces derniers mois, ces dernières années même.
Que ce soit l’isolement forcé dû au covid, mais surtout l’arrivée de mes deux trésors, les évènements m’ont forcée à prendre du recul, regarder ma vie en spectatrice attentive, hébétée.
Comme le disait quelqu’un de très (très très) important pour moi, c’est comme si j’avais déjà eu plusieurs vies. J’en suis actuellement à ma 5ème.

Ma 4ème vie,

faite de voyages et de liberté, d’amour et de découverte

​La 4ème, je la regarde maintenant de loin, avec nostalgie déjà mais surtout avec gratitude. J’ai eu ce bonheur inouï de vivre la plénitude, la liberté, la sérénité. Je me suis remplie de voyages, d’amis, de découvertes et d’expériences inoubliables. ​Saint-Pierre et Miquelon y a été pour beaucoup dans ce bonheur éclatant, j’y ai trouvé l’apaisement dont j’avais besoin. Et j’y ai surtout croisé le chemin de personnes formidables, qui me manquent chaque jour. J’ai grandi grâce à eux, j’ai appris à savourer le moment présent, à me dépasser. J’ai aussi appris à aimer. Ne pas avoir peur. Faire confiance. Être déçue, certes, mais aimer toujours.
Les sentiments que j’ai eu sont toujours aussi forts, aussi présents. Ça me fait peur, quelque part, car je ne sais pas si je serais un jour capable d’aimer aussi intensément, en dehors de cet amour sans faille que je porte à mes deux grenouilles évidemment. J’ai l’impression d’avoir laissé une partie de moi là-bas, avec mes amis, avec lui aussi.

Je risque de tâtonner un peu durant quelques temps, il m’est difficile de reprendre mes marques dans cet environnement qui me parait plus hostile, moins facile.
Malgré tout, quelle chance et quel bonheur d’être entourée de notre famille, rassurant cocon, pour voir s’éveiller mes deux amours ! Elles sont tant aimées !

Ma 5ème vie de maman louve débute…

Ma 5ème vie est une découverte de la maternité, moi qui avait peur de ne pas en avoir l’instinct, je suis devenue une louve avec mes doux amours. Un amour d’abord animal, un instinct de protection, qui s’est mué en un amour profond, une fierté grandissante lorsque je les admire. Je m’épanouis dans ce job de maman, même si je suis parfois débordée par la quantité de choses à gérer -entre le travail, les bébés d’amour dont je veux profiter, et les tâches ménagères-. C’est un rythme effréné, mais nous trouvons nos marques. J’ai pour le moment la chance d’avoir des bébés faciles, elles font des nuits parfaites, jouent tranquillement lorsque je vogue à mes occupations (sauf exceptions), et surtout sourient du matin au soir !
Je dois apprendre à revoir certaines de mes ambitions à la baisse, entre le « En tant que mère parfaite, je souhaite ça pour mes enfants » et « Dans la réalité, ce n’est pas possible ».

Je ne souhaite pas trop m’étendre sur ces sujets de l’intime, par pudeur et par décence, ces derniers mois ont été éprouvants de bien des façons, mais nous nous portons toutes les trois à merveille, et mes grenouilles grandissent baignées d’amour et d’attentions. Je ne parlerais donc que discrètement des amours de ma vie ici.
Si je donne peu de nouvelles, c’est par manque de temps et cerveau débordé par des milliers de choses déjà; Mais vous pouvez toujours me contacter, ce sera avec un énorme plaisir !! =)
On risque d’être silencieuses encore un moment ici, le premier voyage des grenouilles sera en Août ! (Elles ont déjà été dans le Cantal et à la mer !)

On vous embrasse toutes les quatre bien fort

Janvier 2020 – Alberta (Ouest Canadien)

Le début de l’année ayant été assez agité et chargé, je n’ai pas pris le temps de vous partager les photos du dernier voyage en date, au Canada.

Surtout que ce voyage risque d’être un des derniers avant une longue période… J’ai très largement profité de mes aventures autour du monde, mon bilan carbone est catastrophique avec tous ces vols des dernières années… Il est temps de passer à une toute nouvelle aventure !

En janvier, donc, départ pour une semaine dans la province de l’Alberta, à l’ouest du Canada. Pour cela, une seule escale à Halifax.

Le choix de cette destination s’est fait notamment grâce a cette escale unique, et au prix de billet intéressant. 6h de vol tout de même pour traverser le Canada d’est en ouest !!!!

C’est une région très montagneuse, enneigée, connue pour ses stations de ski en hiver, et en été pour ses centaines de lac turquoise, à l’eau directement arrivée des glaciers.

C’est également la période où l’on peut espérer voir des aurores boréales ! Mais pour cela, il faut monter plus au nord.

Je ne vais pas tout détailler de ce road trip, mais plutôt vous faire profiter de toutes ces belles images…

La météo a été des plus capricieuses, avec des températures avoisinant les -40 °C, et des ressentis parfois jusqu’à -55 ! Même pour cette région montagneuse, ces températures ne sont pas du tout habituelles, ce qui fait que toute la province était en alerte et les activités suspendues.

Les cils gèlent en quelques secondes !

Dès la sortie de l’aéroport, première inspiration… Et là, la moindre fibre de l’intérieur de ta fosse nasale congèle instantanément ! Quelle agréable sensation… 🙄 Évidemment, cela limitera pour beaucoup les activités possibles. Hors de question de randonner toute une journée par ce froid polaire. Ce sera uniquement des petites marches d’une heure maximum, avec un gros équipement contre le froid, et des chaufferettes plein les poches.

De toute façon, avec les nausées matinales (qui durent toute la journée), déjà quelques kilos en moins sur la balance et une fatigue intense, mon état était peu compatible avec des exploits sportifs.

Au programme, découverte de la région montagneuse à l’ouest de l’Alberta : le parc national de Banff et le parc national de Jasper dans toute leur beauté.

Pas mal de nuages, rendant difficile l’observation de la chaîne de montagne.

Ce qui est impressionnant, et que j’ai adoré, c’est la promiscuité avec la faune sauvage. Tout au long de ce cette route de parc, on peut voir paisiblement gratter la neige sur les bords des routes wapitis, élans, chèvres de montagne, etc. un vrai régal pour les yeux ! Ils ne sont pas trop sauvages, et se laisse assez aisément photographier. De plus, les routes sont très peu fréquentées, l’observation est donc paisible.

Il y a également de magnifiques sculptures sur glace, puisqu’il y a dans la ville de Banff un concours international qui se déroule quelques jours après. La nature fait aussi de très belles sculptures vu le froid !

Au niveau des villes, il s’agit de station saisonnières. Elles sont très fréquentées l’hiver par les accros de la glisse, et encore plus en été, les parcs attirant énormément de randonneurs.

C’est l’occasion de faire un saut sur le lac d’Athabasca, entièrement gelé à cette période. Il est connu pour ses milliers de bulles gelées que l’on peut observer en marchant sur la glace. Superbe. Des centaines de kilomètres parcourus dans des paysages féeriques.

Sur la route !

Il y a également les petites randos vers les cascades gelées , des sculptures créées par les chutes sont à couper le souffle ! Magnifique, une fois encore !

Et, pour terminer, un saut jusqu’à Edmonton. C’est l’occasion d’assister au sport national, un super match de hockey avec une ambiance du tonnerre ! Et aussi de magasiner dans un énorme centre commercial.

En résumé beaucoup de route, énormément de froid, de très bon repas aussi, et surtout de belles images plein les yeux !

La Réunion 🇷🇪 I

Et c’est reparti pour de nouvelles aventures !!

Après un passage super express en métropole, c’est vers l’île de la Réunion et Rodrigues que le vent m’emmène maintenant, accompagnée de papa =) 

La principale raison de ce choix de destination, c’est de pouvoir randonner à la Réunion, et de pouvoir plonger à Rodrigues. Nous arrivons donc à la Réunion à la fin de l’hiver, pour moins de chaleur et d’humidité =) 

Nous avons commencé directement dans le vif du sujet : le surlendemain de notre arrivée, on décide de suite de se frotter au majestueux piton des Neiges. Bien mal nous en a pris. Difficile, sans préparation, de réaliser cette ascension que je qualifierais d’interminable. Le dénivelé est énorme (+1300m, annoncé en 3h30, ce sera 5h en ce qui nous concerne…), constitué uniquement de marches inégales (dont une bonne partie de + de 60cm !!), le tout dans le brouillard. L’avantage est qu’il ne fait pas trop chaud, ça fait une difficulté de moins à gérer. 

Je suis loin d’être relax durant cette montée, mais ce n’est rien à côté de papa que j’ai clairement mis en difficulté avec ce choix de randonnée. Il a vraiment galéré, mais il aura été jusqu’au refuge et on sera tout de même très fiers de nous. 

En dehors de ça, la vue du refuge vaut vraiment le coup, on admire les cirques vus d’en haut et c’est juste magnifique !! Le relief est très escarpé, la constitution volcanique de l’île et ses divers effondrements lui confère un paysage hors normes !! Indescriptible, on se sent tout petits. 

Pour les 60 ans de papa, Dams et moi lui avions offert un survol de la Réunion en ULM. Ça vaut réellement le coup, c’est majestueux !! Les deux volcans sont impressionnants chacune à leur façon, 

Le « vieux » Piton des neiges qui roupille, et se retrouve entouré de 3 cirques (Mafate, Cilaos et Salazie) abrupts; et le jeûne et impétueux Piton de la Fournaise, qui est en train d’entamer sa 4ème éruption de l’année !! 

Le reste du séjour aura été dense et varié, avec, en vrac :

Visite d’un jardin botanique, la végétation ici est luxuriante !! (Domaine du café grillé près de Saint Pierre)

Découverte d’un temple Tamoul, la communauté Malbar (hindoue) étant très importante ici.

Visite de la sucrerie de Saint Louis, l’île de la Réunion étant l’un des principaux producteurs mondiaux de sucre de canne (nous sommes en période de récolte, on croise des tracteurs et camion chargés de cannes à sucres sur toutes les routes !!). 

Le musée de Villèle est très sympa à explorer également, il s’agit plus d’une visite guidée d’une ancienne demeure esclavagiste que d’un musée à proprement parler. Le guide vibre en racontant l’histoire de l’île Bourbon, et de cette famille qui était loin d’être tendre avec ses esclaves. À faire !

Les tunnels de lave, chouette expédition spéléologique sous la coulée de 2004, de 8m d’épaisseur, qui a formé un réseau de galeries souterraines incroyable !! On visualise parfaitement le trajet de la lave durant ces 2h sous terre, et on s’imagine bien ces fontaines de magma qui doivent être de toute beauté !! 

La coulée de 2007, de 80m d’épaisseur, n’est elle toujours pas entièrement refroidie (300°c en son centre !!). La nationale qui se trouve coupée régulièrement par les coulées offre un spectacle hallucinant !!! 

La jolie Église de Sainte-Anne est très atypique, pleine de charme. Elle date de 1857 mais a acquis son apparence actuelle dans les années 20, grâce aux enfants de la congrégation qui ont réalisé les moulages. Un détonnant mélange de baroque et de naïf !!!

Dernières escales sur la côte Est, l’anse aux cascades où les réunionnais aiment venir picniquer; Et le cap méchant, ses falaises déchiquetés ou viennent mourir des vagues avec un bruit assourdissant.

Côté Ouest; Nous avons également tenté de monter au Maïdo, tôt le matin, pour admirer la vue imprenable sur le cirque de Mafate… La montée aura pris 2h, faite uniquement de virages… Pour avoir la chance immense d’admirer un mur de brouillard immaculé, c’était très émouvant.

Philippines 🇵🇭 4 – Donsol

Notre dernière étape se trouve à Donsol. On y va dans l’unique but de prendre la chance de plonger avec des requins baleines, dans leur environnement naturel. 
Le trajet nous obligera à passer de nouveau par Manille, pour une courte escale, pour prendre un second vol pour Legazpi. Les vols ont tous du retard, bien évidemment, on a bien compris le fonctionnement philippain !! Donsol se trouve sur la même île que Manille, celle du Luçon (la plus grande et la plus peuplée).


Arrivés à Legazpi, notre premier challenge sera de courir les pharmacies à la recherche de…….. (Je vous le donne en mille !) tampax !!! Et ouais, trouver des protections hygiéniques en Asie autre que des méga serviettes relève du miracle, j’aurais usé de mes talents de dessinatrice pour essayer, sans succès !! (J’ai même le droit à des regards outrés des pharmaciens !). 
Bref, on attrape un taxi pour nous conduire jusqu’à Donsol, à 1h30 de route. Notre conducteur est un vrai fou du volant, il a du oublier l’usage des freins, accélère dans les virages, alors que des mômes traversent sans regarder dans tous les coins ! On se retrouve très vite à ne plus dire un mot, et se regarder avec le regard du mignon petit porc qui part à l’abattoir. Je lui dis donc que je vais vomir partout s’il ne ralentit pas, ça le refroidit assez vite 😀 ! Et on peut enfin penser à admirer un peu le paysage ! Des petites cahutes de partout au bord des routes, de la végétation luxuriante, et on arrive à Donsol, dans notre hôtel. La vue sur le volcan Mayon est extraordinaire, un petit voile de fumée s’échappe de son cône parfait !


Ce coin a un tourisme uniquement lié aux requins baleines, mais comme c’est moins « facile » d’accès, et que les requins ne sont pas nourris (donc pas d’assurance d’en voir à 100%), il est quand même bien moins couru que beaucoup d’autres.On est dans un hôtel pas trop grand, ambiance assez sympathique (Elysia beach resort)

On savoure ces derniers jours de détente au soleil, on fait quelques plongées bouteille sur le site de manta bowl. C’est un site de lavage pour ces superbes poissons, mais nous n’aurons malheureusement pas la chance d’en voir. La visibilité est assez limitée, à cause du Krill, dommage. On patiente au fond, bien accroché au sol, mais nous n’aurons malheureusement pas la chance de voir manta ni requins baleines. Sur les sites de San Miguel Island, il y a de superbes plongées à faife, de beaux murs, des hippocampes, de la macro, … Mais encore une fois, une visibilité très réduite nous empêchera d’en profiter réellement, pas de chance !

Un petit saut en snorkeling sur donsol nous permettra enfin de voir le tant attendu requin baleine, même si encore une fois krill et planctons furent également de la partie !! Que c’est impressionnant, de se retrouver face à cette énorme bouche, et de regarder passer et encore et encore ce géant paisible, à côté de qui on se sent minuscule !!! On est aux anges =) merci Bicol dive center, qui a assuré avec brio les plongées bouteilles et PMT !!

Un petit tour à pieds et en petite mobylette améliorée nous feront découvrir les alentours, petit village charmant et typique.

La vie à corps perdu, et l’écriture comme exutoire.

L’amour m’aura écorchée, amenée au plus profond désespoir… J’ai pas forcément eu une vision idyllique du couple, mes premières relations dévastatrices auraient pu faire de moi un glaçon phobique du sentiment…

Et, pourtant, j’reste une incorrigible amoureuse. L’être humain, dans ses pires comme dans ses meilleurs côtés me passionne, j’aime à corps perdu et sans aucune condition, aucune limite.

Quand j’donne mon cœur et ma confiance, c’est pour le meilleur comme pour le pire. J’me fiche de me tromper, j’veux goûter à ce merveilleux sentiment, m’y perdre encore et encore. J’me fous de pouvoir en souffrir, ce serait bien pire de l’éviter et de ne plus ressentir.
La complicité et la confiance sont deux choses desquelles je ne pourrais pas me passer, amitié et amour – la frontière est bien mince pour moi. La haine, par contre, m’est complètement étrangère.
J’peux juste aimer, j’suis pas capable de quoi que ce soit d’autre. Soyez prêts à vous faire noyer par mon amour les gars 😀

Je réalise toujours avec autant de surprise le plaisir de se perdre pour mieux se retrouver.

Je m’égare durant des semaines, tâtonne, me renfrogne. .. Pour inéluctablement retrouver la sérénité, naturellement me recentrer et prendre les bonnes décisions.

Aucune de mes rencontres n’a été vaine, chaque personne sur mon chemin me permet d’avancer.

Et quand les sentiments tourbillonnent trop fort, il me suffit de tout déverser sur une page blanche, pour ensuite y remettre de l’ordre. Prendre du recul sur ce qui dès lors ne m’appartient plus. Je travaille dur à mon bonheur, je trébuche souvent, mais je m’en sors pas si mal.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.

L’été a laissé doucement place à l’Automne, la fraîcheur est venue nous surprendre au petit matin, et c’est le grand retour des vestes chaudes. 

Cet été à Saint-Pierre, nous avons eu une météo extrêmement clémente, avec très peu de brouillard contrairement à d’habitude !! Les animations ont encore été nombreuses, il est impossible de s’ennuyer ici durant ces 3 mois, entre festivals, concerts, balades et animations à tire-la-rigaud !!

J’ai eu la visite de Dialanne et ses parents, c’est toujours un plaisir de faire découvrir ce petit coin que je chéris à des personnes qui me sont proches. Malgré le peu de jours de repos, c’était un beau moment de chaleur et de sourires avec eux, il semblerait qu’ils aient aimé le coin =) !! 

Les fêtes basques :

Durant une semaine, la culture basque est à l’honneur : une grande partie des habitants de Saint-Pierre en descend, et ils la font vivre fièrement.

Au programme, des joueurs de pelote basque viennent de métropole pour un tournoi sur toute la semaine contre les joueurs locaux. Un groupe de musiciens basques vient également se joindre à la fête, les danses et chorales rythment le tout;

Et tout ça se termine en apothéose par les jeux de force basque traditionnels : le tir à la corde, le jeter de botte de foin, le soulever de botte de foin, le tronc à scier, le lever de charrette, le porter de bidon et le lever d’enclume. 

5 équipes de gars s’affrontent, et 3 équipes de filles. L’ambiance est au top, le soleil au rendez-vous, tout le monde s’égosille pour son équipe fétiche, avec un petit verre de punch qui rend les esprits guillerets. J’adore définitivement cette semaine !! 

Pseudo-tempête 

Un ouragan tropical est remonté en catégorie 1 jusqu’à la Nouvelle Ecosse, où il a occasionné de gros dégâts. Il a traversé de part en part les îles de la Madeleine sous forme de tempête post tropicale, les voiliers des copains du rallye du cousin ont été très abîmés lorsqu’un ponton de la Marina s’est décroché, bref, Dorian n’est pas passé sans mal. 

Par chez nous, pas grand chose de semblable : du vent chaud, une mer démontée, juste de quoi se faire plaisir à regarder les vagues s’écraser contre les rochers. 

Visite d’un équipage de voilier :

Le navire de la marina de Monaco, fameux car ayant fait une traversée jusqu’à NYC avec Greta Thunberg, a fait escale quelques jours à SPM : l’occasion de faire visiter à l’équipage Saint Pierre, c’était de beaux moments partagés avec des voileux de NZ, Irlande et Allemagne !! 

Déménagement :

Après plus de deux années dans mon appartement en centre-ville, j’ai trouvé une petite maison à Savoyard, le « bout du bout » de Saint Pierre ! C’était une maison de campagne autrefois, elle est petite et plein de cachet, mais surtout lumineuse, au calme, et adorable !! Un vrai coup de cœur, et après un bon débroussaillage des meubles et une grosse étape décoration, je m’y sens super bien !!

Jahia aussi adore, si ce n’est les chats des voisins qui sont assez… agressifs 😅Elle a écopé de quelques points de suture et d’une belle frayeur !

En tous cas, quel plaisir de pouvoir, en 25 minutes, aller faire mon changement d’adresse et mes paperasses à l’assurance, les impôts, les telecom, la poste, EDF et le fioul !! Saint Pierre, où tout est proche et les démarches facilitées, c’est vraiment appréciable !!!!

Quelques photos en vrac !!! 

Les îles de la Madeleine – 2

Cap aux meules :

C’est la ville centrale de l’archipel : ce n’est pas la plus peuplée, mais elle est bien placée, on y trouve l’hôpital, les bâtiments officiels, et son port accueille les ferries traversiers. Je n’y ferais qu’un micro saut, pour prendre le zodiaque pour l’île d’entrée, et pour aller voir les grottes et falaises.

Pour les grottes, je suis également partie avec « excursions en mer », dans un zodiaque où nous étions 9. Jolie petite balade le long des falaises de grès, on ne peut que constater l’ampleur de l’érosion (des maisons construites à des dizaines de mètre de la côté sont maintenant prêtes à tomber à la mer). C’est (terriblement) beau ! 

Étang du Nord :

C’est la ville où je loge. On y trouve un petit port sympathique, où a lieu un symposium de peinture : des artistes du coin, de Gaspésie et du Nouveau Brunswick sont invités pour peindre ce que leur inspire l’archipel. 

Notables également, quelques bonnes adresses : Gourmande de nature, des produits terroir, mais aussi des glaces maisons (cheesecake, sirop d’érable, fromage pied de vent, …), … Ce sera mon petit stop quotidien pour un café délicieux ! 
J’ai testé aussi le restaurant « La Cantine« , couplé aux pêcheries : ils cuisine des produits frais de leur pêche, principalement homard et crabe des neiges. On se trouve au milieu de la poissonerie pour manger, c’est sympathique. Je goûte la guédille au crabe, une sorte de hot dog des mers ! Je trouve ça un peu cher personnellement, mais je pense que j’ai pris le goût des crustacés pas chers en vivant à SPM. Le crabe est délicieux et fin, mais je ne le trouve pas spécialement mis en valeur par l’arrangement avec le pain. 

Sans oublier À l’abri de la tempête, une microbrasserie qui propose tout un éventail de bière pour tous les goûts !! Mythique.

Et enfin, stop au gros cap et ses magnifiques falaises rouges. Il fait une chaleur à mourir, j’écourte donc la balade pour aller me liquidifier tranquillement sur mon lit en attendant la tombée de la nuit.